Vous lisez : Foire aux questions

Voici les questions qui nous sont le plus fréquemment posées. Si la réponse que vous cherchez ne se trouve parmi celles-ci, n’hésitez pas à contacter le service des admissions par courriel ou par téléphone

Dépôt d’une demande d’admission

Documents à fournir

  • Il n’est malheureusement pas possible de soumettre une demande incomplète. Seules les demandes complètes sont étudiées.

  • Avant de pouvoir analyser votre demande d’admission, nous aurons besoin de vos documents dans leur langue d’origine, ainsi que d’une traduction certifiée par un traducteur membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

  • Puisque la lettre d’attestation d’emploi est nécessaire pour permettre au comité des équivalences d’évaluer le dossier du candidat, il est essentiel d’y retrouver les informations suivantes :

    • Le titre du poste occupé;
    • Le descriptif détaillé de vos responsabilités et tâches professionnelles;

    Si le poste comporte des tâches qui ne relèvent pas de la gestion des ressources humaines ou des relations industrielles, inclure une pondération en pourcentage des tâches;

    • Le statut d’emploi (temps plein, temps partiel, occasionnel); 
    •  La date d’embauche et la date de cessation d’emploi;
    •  Le lieu de travail;
    •  Le nom de l’organisation;
    •  L’en-tête ou le logo de l’organisation;
    •  La signature d’un représentant autorisé de l’emploi.
  • Il est assez rare qu’un employeur refuse de fournir une attestation d’emploi à un employé présent ou passé. Cela dit, s’il vous est impossible d’obtenir un tel document, vous pouvez rédiger vous-même une lettre d’attestation contenant les éléments suivants :

    Le titre du poste occupé;

    Le descriptif détaillé de vos responsabilités et tâches professionnelles;

    Si le poste comporte des tâches qui ne relèvent pas de la gestion des ressources humaines ou des relations industrielles, inclure une pondération en pourcentage des tâches;

    • Le statut d’emploi (temps plein, temps partiel, occasionnel);
    •  La date d’embauche et la date de cessation d’emploi;
    • Le lieu de travail;
    • Le nom de l’organisation;
    •  L’en-tête ou le logo de l’organisation;
    • La signature d’un représentant autorisé de l’emploi.

    Une fois votre attestation complétée, signez-la en présence d’un commissaire à l’assermentation qui certifiera l’exactitude de ces informations. Vous devrez également démontrer que vous avez été dans l’impossibilité d’obtenir une attestation de votre ancien employeur. Le comité des équivalences pourra vous demander des informations ou preuves supplémentaires.

Preuve de Français

  • Selon l’art. 35 de la Charte de la langue française, les candidats des ordres professionnels sont réputés avoir une connaissance appropriée de la langue officielle si :

    • Ils ont suivi, à temps plein, au moins trois années d’enseignement de niveau secondaire ou postsecondaire dispensé en français;
    • Ils ont réussi les examens de français langue maternelle de la quatrième ou de la cinquième année du cours secondaire;
    • Ils ont obtenu au Québec un certificat d’études secondaires à compter de l’année scolaire 1985-1986.

    Par conséquent, les candidats doivent être en mesure de fournir des documents officiels démontrant qu’ils respectent ces exigences. Ces documents peuvent être des relevés de notes officiels et des diplômes.

  • Les candidats à la profession de CRHA ou de CRIA qui n’ont pas les preuves de français requises sont invités à passer l’examen de français de l’Office québécois de la langue française (OQLF). Celui-ci est essentiel pour l’obtention du titre. Il est cependant possible de faire l’examen de l’OQLF en parallèle à ou après l’examen d’équivalence de l’Ordre. L’examen de l’OQLF est gratuit.

  • Bien qu’intéressants, voire nécessaires pour certaines personnes, ces cours ne constituent malheureusement pas des preuves suffisantes.

    Selon l’art. 35 de la Charte de la langue française, les candidats des ordres professionnels sont réputés avoir une connaissance appropriée de la langue officielle si :

    • Ils ont suivi, à temps plein, au moins trois années d’enseignement de niveau secondaire ou postsecondaire dispensé en français;
    • Ils ont réussi les examens de français langue maternelle de la quatrième ou de la cinquième année du cours secondaire;
    • Ils ont obtenu au Québec un certificat d’études secondaires à compter de l’année scolaire 1985-1986.

Traitement de la demande d’admission

Comité des équivalences

  • Le comité des équivalences est un comité composé de membres CRHA | CRIA dont le mandat est d’étudier les demandes d’admission par équivalence. Cinq facteurs sont étudiés par ce comité :

    • Les diplômes obtenus au Québec ou ailleurs;
    • Les cours complétés, le nombre de crédits s’y rapportant et les résultats obtenus;
    • Le nombre total d’années de scolarité;
    • Les stages et activités de perfectionnement ou de formation continue;
    • L’expérience de travail pertinente.

    Trois décisions peuvent être prises par ce comité :

    • Le comité donne accès au titre de CRHA | CRIA par équivalence;
    • Le comité donne accès au titre par équivalence si le candidat ou la candidate réussit l’examen d’équivalence;
    • Le comité refuse la demande d’équivalence et propose des solutions.
  • Il est possible de contester la décision rendue par le comité des équivalences. Un candidat dont la demande de reconnaissance d’équivalence n’a pas été approuvée peut demander que la décision soit révisée, à la condition qu’il fasse parvenir une requête écrite à la Secrétaire de l’Ordre dans les 30 jours suivant la réception de cette décision.

    Par ailleurs, vous pouvez aussi vous adresser au Commissaire à l’admission aux professions, une entité gouvernementale indépendante rattachée à l’Office des professions du Québec. Le Commissaire est chargé de recevoir et d’examiner toute plainte d’une personne à l’encontre d’un ordre professionnel relativement au fonctionnement des mécanismes de reconnaissance des compétences professionnelles, tels que l’équivalence de diplôme ou de formation. Il s’assure que l’ordre concerné a traité le dossier de façon équitable, objective, transparente, cohérente et efficace. Le Commissaire n’a toutefois pas le pouvoir d’évaluer vos diplômes ou votre formation, de modifier la décision de l’Ordre ou de délivrer un permis d’exercice.Pour plus de renseignements sur ce recours, consultez le site du Commissaire à l’admission en cliquant ici.

Examen d’équivalence

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie