Vous lisez : Employeur de choix en région, mission possible!

La plupart des propriétaires ou gestionnaires de petites et moyennes entreprises des régions disent qu’« il est plus facile d’être un employeur de choix pour les entreprises des grands centres urbains que pour nous en région ». 

Cette affirmation peut surprendre, provoquer un sourire en coin... Tout intervenant en ressources humaines a une opinion sur le sujet, qui dépend évidemment de ses valeurs, de ses choix et aussi de son environnement. Cet article jette un regard différent sur cette question et propose des points de vue qui ébranleront peut-être cette opinion. Cette affirmation peut surprendre, provoquer un sourire en coin... Tout intervenant en ressources humaines a une opinion sur le sujet, qui dépend évidemment de ses valeurs, de ses choix et aussi de son environnement. Cet article jette un regard différent sur cette question et propose des points de vue qui ébranleront peut-être cette opinion. 

Dans cet article, le terme « en région » ne désigne pas les régions situées près des centres urbains comme la Rive-Sud (près de Montréal) ou les Basses Laurentides, mais bien les régions éloignées, parfois très éloignées des centres urbains. L’Abitibi-Témiscamingue, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Côte-Nord, Chibougamau-Chapais sont ici les régions concernées.  

Non, il n’est pas plus facile ou difficile d’être un employeur de choix pour les entreprises où qu’elles soient au Québec. Cette étiquette, car cela en est une, n’est pas tributaire de la distance. Les gestionnaires qui affirment le contraire n’ont pas encore complètement compris que ce sont les candidats qui attribuent une telle étiquette à leur entreprise et non l’employeur lui-même qui se l’approprie, croyant que le fait de l’affirmer suffit à y être associé. 

Ce n’est pas parce que l’entreprise fait affaire à Sept-Îles ou Sainte-Anne-des-Monts qu’elle ne peut raisonnablement aspirer à être reconnue comme  un employeur de choix.  

En région, il faut faire les mêmes efforts pour conserver la main-d’œuvre que les entreprises de Montréal ou de Québec. Les éléments que les candidats considèrent importants sont les mêmes, les gens dela génération X et Y ont les mêmes valeurs et préoccupations, qu’ils habitent à Chapais, à Alma ou à Montréal.  

Donc, qu’est-ce qui compte? La volonté de devenir une entreprise de choix est certainement d’une importance capitale. L’analyse interne des choses à changer, l’information donnée au personnel, mais surtout la volonté de mettre les changements en place et de les vivre pleinement est aussi un facteur incontournable, que l’entreprise soit à Laval ou à Rimouski.

Encore faut-il qu’elle soit attractive et propose des conditions de travail intéressantes, avant-gardistes et suffisantes pour attirer une main-d’œuvre qualifiée. Sur ce plan également, les entreprises des grands centres urbains vivent les mêmes problèmes que les régions. Parfois plus durement, car l’attrait du Nord avec ses grands projets semble donner avantage aux entreprises de ces régions sur le plan de l’attraction de la main-d’œuvre.  

En définitive, il n’y a pas de différence. C’est le candidat qui attribue à l’entreprise l’étiquette d’employeur de choix. C’est lui qui valorise ce qu’il entend de telle ou telle entreprise par telle ou telle personne. C’est lui qui détermine si le déplacement en vaut la peine.  

Peu importe l’endroit où l’entreprise est située, les efforts pour devenir un employeur de choix sont les mêmes. Il faut faire preuve de volonté et ne pas craindre de sortir des sentiers battus, la nouveauté et le « hors de l’ordinaire » sont de bien meilleurs vendeurs que ce que l’on peut penser. Surtout, les meilleurs « vendeurs » sont les employés actuels de l’entreprise qui sont des ambassadeurs. Ils véhiculent ce qu’ils vivent dans l’entreprise, leur fierté ou non d’y travailler auprès des employés d’autres entreprises, des fournisseurs, des sous-traitants, de leurs familles, de leurs amis; c’est par eux que l’employeur peut établir sa valeur d’employeur de choix. Le reste se transmettra tout seul, peu importe l’entreprise se trouve.

Michel Larouche, CRIA est un consultant en ressources humaines qui exerce en région exclusivement depuis plus de vingt-cinq ans. Il intervient en rémunération, en relations du travail et en ressources humaines. Les employeurs des régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie font appel à lui fréquemment pour aborder la notion d’employeur de choix. On peut le joindre par téléphone [418 480-4214] ou par courrier électronique [michellarouche@cgocable.ca]. Site web : www.michellarouche.ca

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie