Vous lisez : Nudger la vie en entreprise

Besoin d’un petit coup de pouce pour passer de l’intention à l’action? Le nudge peut s’avérer une piste à découvrir. C’est l’art subtil de motiver les autres en douceur.

Bien peu a été écrit sur les nudges et en ce sens, nous avons peu de documentation et de références au sujet de ce phénomène émergent. Le nudge est une approche du comportement humain qui tient compte des limites de la rationalité, des biais cognitifs et des influences sociales pour expliquer et changer les comportements pour le bien du grand nombre. 

Tout est à développer et les RH sont invités à innover. D’ailleurs, la situation actuelle de la COVID-19 a amené bon nombre d'entreprises à utiliser les nudges et peut-être même sans savoir que leurs nouvelles actions avaient un nom!

Bien que les nudges soient encore peu connus, c’est Richard Thaler, prix Nobel de l’économie en 2017, qui a popularisé le nudge. En anglais, nudge veut dire pousser gentiment du coude, comme pour attirer l’attention. En français, un nudge est une façon d’attirer l’attention d’une personne pour l’aider à passer de l’intention à l’action. Par le biais d’une image, d’un signe ou un design, le nudge est destiné à stimuler une action souhaitée. Bien entendu, l'utilisation des nudges doit être réfléchie et se faire avec éthique et bienveillance; elle doit se faire dans le but de favoriser un comportement sain, sécuritaire et socialement reconnu. En somme, les nudges doivent être utilisés en tout temps de façon éthique.

Actuellement, on fait appel aux nudges afin de rappeler et favoriser les règles de distanciation physique en apposant au sol des indicateurs à tous les deux mètres. Ces images au sol rappellent aux gens de garder la distance recommandée par la Santé publique et incite au respect des règles.

En entreprise, les nudges peuvent être utilisés pour atteindre différents objectifs. Par exemple, il pourrait contribuer à faciliter l’adoption de comportements visant à réduire l’empreinte écologique en incitant au recyclage des fournitures de bureau. Ils pourraient aussi être utiles pour appuyer les règles de prévention en matière de santé et sécurité au travail et favoriser la réduction des risques de blessures ou de contamination. Les nudges pourraient également inciter le travail en équipe, la collaboration, la saine utilisation des outils informatiques, etc. Bref, nudger consiste à agir ou structurer un environnement pour faciliter l’atteinte de ses objectifs organisationnels.

Avant la pandémie, le nudge le plus connu était probablement celui de la fausse mouche collée dans les urinoirs des toilettes pour hommes à l’aéroport d’Amsterdam. Bien que des messages affichaient de garder l’endroit propre, ces toilettes publiques nécessitaient toujours beaucoup d’entretien. Jusqu’au moment de coller de fausses mouches au fond des urinoirs. Un nudge qui a fait chuter 80 % des dépenses d’entretien!

Il devient donc intéressant pour les professionnels en ressources humaines de s’intéresser aux nudges en entreprise. Serait-ce une façon créative de faire appliquer vos politiques et pratiques et même de favoriser l’adoption de comportements et d’attitudes favorables à un environnement de travail sain et plus sécuritaire?

Voici quelques règles à observer pour créer un nudge :

  • Il doit être bien réfléchi. Tout n’est pas « nudgeable ».
  • Il doit être pensé dans un but moralement bon, il doit être éthique. (Posez-vous la question : si la personne qui pose un geste parce que son environnement a été nudgé, si je lui dis, est-ce qu’elle sera contente ou fâchée?).
  • Il doit laisser le choix à la personne de le suivre ou pas et ne pas entraîner de culpabilité.
  • Il doit être SOFA : social, opportun, facile et attractif.

SOFA

Le modèle SOFA vient du modèle EAST (Easy, Attractive, Social and Timely). C’est sur la base de ces quatre éléments clés que doit reposer le nudge pour qu’il soit le plus efficace possible.

Social : par exemple, quand on voit les autres faire le bien, on s’élève soi-même moralement et l'on a plus tendance à passer à l’acte positivement. Cette attitude est expliquée par Haidt, 2010 par son concept d’élévation. Ainsi, en adoptant un comportement comme socialement désiré et reconnu : faites connaître qu’il y a des effets bénéfiques sur la santé des personnes qui bougent davantage, sortent marcher, prennent les escaliers ou autres. Qu’est-ce qui est valorisé socialement dans mon organisation et qui pourrait faire l’objet d’un nudge?

Opportun : il faut que le nudge arrive au bon moment. Inciter les gens au moment où ils sont les plus enclins à être réceptifs, le plus près possible du moment de la prise de décision.  Misez sur des actions immédiates, par exemple aux lavabos, pendant le lavage des mains, faites-en sorte que l’eau se coupe automatiquement pendant le savonnage afin d’économiser l’eau! 

Facile : réduire les efforts à fournir en facilitant  le passage de l’intention à l’action. Je sais qu’il est bon de manger une pomme par jour, mais je ne le fais pas. Par exemple : pour faciliter la vie aux personnes qui souhaitent manger plus de fruits au quotidien, mettez un plat de pommes à la disposition des employés dans la salle à café ou dans un lieu plus achalandé dans l’environnement de travail. Réglez l’impression recto verso par défaut sur une imprimante. Facilitez le processus pour postuler pour un emploi chez vous en réduisant le nombre de clics informatiques.

Attractive : Donner le goût, faire plaisir. Par exemple, dans une vidéo des marches du métro de Stockholm, le nombre de personnes préférant les marches à l’escalier mécanique ont augmenté de 66 % par l’utilisation d’un nudge qui représente un piano dans l’escalier.

En conclusion

Créer des nudges n’entraîne pas nécessairement des coûts, mais suggère davantage de faire des choix architecturaux en amont qui pourraient nous permettre d’encourager certains comportements souhaités. On peut se poser la question comme professionnel RH, qu’est-ce qui nous permettrait d’encourager la prévention ou l’adoption de comportements sans avoir à placer des inscriptions telles que lavez vos mains, mangez sainement, faites de l’exercice. Il nous incombe d’explorer davantage comment les nudges peuvent être utiles dans la vie au travail. En terminant, Thaler et Sunstein nous encouragent à découvrir des pistes pour aider les personnes à prendre des décisions qui vont contribuer à améliorer leur vie, sans porter atteinte à leur liberté ni à celle des autres. Le nudge permet de guider les gens dans une société qui prend des mesures éthiques en termes d’écologie, de santé et d’éducation.

À propos de l’auteure

Sylvie Ménard est diplômée de l’école d’ingénierie CentraleSupélec de Paris en Executive coaching for positive leadership. Elle est experte-praticienne en psychologie positive. Professionnelle agréée de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et membre de la Fédération internationale de coaching à titre de coach professionnelle certifiée (PCC), elle est maître en Sciences de la gestion des personnes en milieu de travail et bachelière en communication organisationnelle (www.coachsm.com ).


Pour aller plus loin

Chabanne, Justine, « Pourquoi ne faisons-nous pas ce que nous savons être le mieux? » Psychologue en ressources humaines, Article paru en 2017, Positran, Paris.

Dr Jane Henry, (2001) Creativity and Management. Head of the Centre for Human Resources and Change Management at the Open University Business School 

Halpern, D. (2015) Inside the nudge unit: How small changes can make a big difference. Ed. WH Allen.

Rosset, E. (2017) Coaching et nudging (Enseignante-chercheuse en psychologie positive, docteure en psychologie de l’Université de Boston. Dr Rosset dirige le Social Connection Lab à Lyon et intervient dans la formation en psychologie positive à Paris.)

Sunstein, R. et Thaler, R. (2008) Nudge: Improving Decisions About Health, Wealth and Happiness.

Thaler, RH, CRH Sunstein (2017) Nudge : la méthode douce pour inspirer la bonne décision. Vuibert.

KL Milkman, CR Sunstein, RH Thaler et al. (2017) Should governments invest more in nudging? Association for psychological Science. Vol 28 (8), 1041-1055.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie