Vous lisez : Dans les pays en voie de développement...

L’incidence de l’épuisement professionnel se fait sentir aux quatre coins du globe. N’étant plus diagnostiqué dans les pays développés seulement, l’épuisement causé par le travail sévit aussi maintenant dans les pays en voie de développement. La pauvreté en général, l’éducation déficiente, les systèmes de transports inadéquats, l’hygiène insuffisante et la dénutrition, le manque de services de santé et les inégalités entre les sexes sont autant de facteurs hors du travail en tant que tel qui peuvent aggraver cet état chez les travailleurs.

Dans les pays en voie de développement, c’est surtout chez les travailleurs dont l’emploi engage une interaction intense et constante avec des gens dans le besoin, tant physiquement qu’émotivement, que l’épuisement professionnel se fait sentir.  

Voici quelques statistiques sur l’épuisement professionnel à travers le monde tirées d’un document à l’intention des experts de la santé publié par des chercheurs d’Espagne en 2013.

En Afrique

  • En 2011, au Malawi, un fort taux d’épuisement a été rapporté chez le personnel en santé maternelle, alors que 72 % de ces travailleurs ont déclaré souffrir de fatigue émotionnelle extrême et 43 % de dépersonnalisation tandis que 74 % éprouvaient un faible sentiment d’accomplissement personnel.
  • En 2008, au Kenya, chez le personnel travaillant en psychiatrie, on a dénombré des taux élevés de dépersonnalisation chez 47,8 % des répondants ainsi que de fatigue émotionnelle chez 38 % et un faible sentiment d’accomplissement personnel chez 37,3 %.

En Amérique du Sud

  • En 2008, au Brésil, la prévalence des symptômes d’épuisement professionnel chez les travailleurs de la santé de Sao Paulo s’élevait à 24 % et des problèmes mentaux à 43 %. De plus, 17 % des répondants à cette étude ont affirmé prendre ou avoir pris des antidépresseurs régulièrement.
  • Toujours au Brésil, en 2010, dans le nord-est à João Pessoa, une étude auprès d’enseignants du primaire a démontré que 33,6 % d’entre eux souffraient de fatigue extrême et 8,3 % d’un haut taux de dépersonnalisation tandis que 43,3 % avaient un faible sentiment d’accomplissement personnel.

Au Moyen-Orient

  • En Arabie Saoudite, en 2010, une étude auprès d’infirmières travaillant pour des multinationales a démontré que 42 % d’entre elles souffraient d’un fort taux de dépersonnalisation et 45 % de fatigue extrême et que 71,5 % d’entre elles avaient un faible sentiment d’accomplissement personnel.

En Océanie

  • En 2009, un sondage auprès de jeunes médecins australiens et néozélandais a démontré que 71 % d’entre eux ne tiraient qu’une faible satisfaction de leur emploi, que 69 % présentaient des symptômes d’épuisement professionnel et que 54 % souffraient d’usure de compassion. De plus, la moitié des répondants ont affirmé avoir une charge de travail excessive.

Source : Effectif, volume 16, numéro 4, septembre/octobre 2013.


Source Internet

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie