Vous lisez : Prendre la place qui nous revient!

S'il y a une phrase que j’ai peine à entendre de la bouche d’un dirigeant RH, c’est « Comment puis-je faire pour être invité à la table de décision? » Je l’entendais déjà quand j’ai commencé ma carrière en RH. Deux décennies plus tard, je l’entends encore. Je ne comprends pas que cette question puisse se poser encore en 2019, alors que les principaux enjeux des organisations au Québec, au Canada et un peu partout dans le monde, gravitent autour des défis RH.

Dans le contexte de rareté de main-d’œuvre et avec les nombreuses transformations du monde du travail, c’est notre expertise qui est plus que jamais requise autour de cette table. C’est elle qui servira de phare pour traverser avec succès les prochaines années, à l’avantage des humains qui composent les organisations et pour le succès de celles-ci.

Certes, le chemin pour y arriver ne sera pas sans embûches. Mais parmi les compétences qui nous démarquent comme professionnels RH, c’est bien notre agilité, notre capacité à nous adapter aux besoins évolutifs des gens et des organisations et notre tolérance à l’ambiguïté. Alors, assumons avec courage ce leadership!

La particularité du présent numéro permet de prendre du recul, de réfléchir sur notre profession et sur quelques-unes des vérités RH qui jalonnent le parcours de notre fonction. Toute vérité est-elle bonne à dire? C’est ce que je me suis demandée en constatant les données sur la perception des professionnels RH quant à leurs propres influence et crédibilité. Fondamentalement, tout porteur du titre CRHA et CRIA doit réaliser que cette place à la table de décision, elle leur revient.

Je crois que dans la vie, on n’obtient pas nécessairement toujours ce qu’on mérite, mais on réussit très souvent à obtenir ce à quoi l’on s’attend.

Source : Revue RH, volume 22, numéro 4, octobre/novembre/décembre 2019.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie