Vous lisez : Philippe de Villers CRHA, nouveau président de l’Ordre des CRHA : un vrai joueur d’équipe!

Philippe de Villers, CRHA,
président du conseil d'administration de l'Ordre.

En tant que nouveau président de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Philippe de Villers, CRHA entend partager les responsabilités et les occasions de visibilité avec ses collègues du conseil d’administration afin de soutenir efficacement les priorités mises en œuvre par l’équipe de la permanence.

À 35 ans, Philippe de Villers devient ainsi l’un des plus jeunes présidents de l’Ordre. Mais il ne veut pas en faire un titre d’article! En fait, il se serait volontiers passé de la publication d’une entrevue à l’occasion de son entrée en poste. « J’aurais préféré qu’on mette en valeur le travail d’autres administrateurs, par exemple ceux qui viennent des régions éloignées », dit-il.

Humble, il ne croit pas que le fait de présider l’Ordre pour les trois prochaines années le poussera fréquemment sous les projecteurs. « J’assume une fonction de président du conseil d’administration, précise-t-il. C’est surtout un rôle d’orientation stratégique et de gouvernance, en collaboration avec les administrateurs et avec notre excellente équipe de la permanence. »

L’attitude de Philippe de Villers n’est pas seulement dictée par la modestie : il veut partager les responsabilités et la visibilité de la même façon que les gestionnaires RH souhaitent que la haute direction des organisations les partage avec eux. « Pour être crédibles lorsque nous disons mériter une place au sein des conseils d’administration des entreprises, nous devons nous-mêmes avoir un conseil d’administration exemplaire par son dynamisme, par sa rigueur et par ses pratiques de gestion », explique-t-il.

Arrivé au conseil de l’Ordre en 2016, Philippe de Villers a joint son comité d’audit, qu’il a ensuite présidé, agissant aussi comme trésorier. Il a également participé au comité de gouvernance — « Un domaine qui m’était peu familier et où j’ai pu développer mes compétences », précise-t-il. La formation professionnelle est d’ailleurs l’un des axes qu’il juge prioritaire pour l’Ordre : « Je suis très heureux des progrès réalisés ces dernières années pour rendre la formation plus accessible. Pour nos membres, le coût par formation suivie a diminué. C’est la preuve que nous investissons davantage pour permettre aux professionnels RH de se développer et de mettre à jour leurs compétences, même si leur employeur n’est pas toujours en mesure de les aider financièrement. »

Résident de Saint-Bruno et père de deux jeunes enfants, le nouveau président est un peu tombé dans le domaine des RH par hasard, après avoir d’abord étudié en arts. Alors qu’il était chef d’équipe dans un centre de contact client, il a constaté les difficultés de recrutement et s’en est plaint à son supérieur. « Le directeur général s’est tanné de m’entendre et m’a demandé de m’en occuper, se souvient Philippe de Villers. C’est ainsi que je me suis intéressé au recrutement et à la formation. » Il a approfondi ses connaissances par une maîtrise en gestion des ressources humaines à HEC Montréal.

Il a amorcé sa carrière de gestionnaire RH chez Tootelo Innovation, à Boucherville, puis au cabinet comptable Richter — où il a mis à profit son intérêt pour les données chiffrées, l’analytique et les technologies. Dans les deux entreprises, il a également beaucoup travaillé sur des fusions-acquisitions. « Découvrir et faire converger les cultures d’entreprise m’a toujours passionné, dit Philippe de Villers. C’est souvent une dimension négligée pendant la vérification diligente qui précède une acquisition, même lorsque le risque d’un choc des cultures est pourtant très apparent. »

Cette expérience des fusions-acquisitions l’a amené chez Agropur, à Saint-Hubert, en tant que directeur de projets, rémunération globale. Il y pilote depuis trois ans un projet de transformation ressources humaines. Un guichet unique de services a été déployé aux 8 500 salariés d’Agropur, au Canada et aux États-Unis, et les tâches administratives RH y ont été centralisées, libérant ainsi du temps aux conseillers RH sur le terrain afin d’en consacrer davantage au développement organisationnel et en relations de travail.

Philippe de Villers envisage sa présidence de l’Ordre dans un esprit de continuité poursuivant le plan stratégique en vigueur jusqu’en 2022. Entérinant sa pertinence et sa richesse, il compte appuyer les efforts déployés par l’Ordre au regard de certains enjeux cruciaux, dont celui des actes réservés. Il s’agit d’un chantier majeur sur lequel l’Ordre continuera ses actions et ses représentations auprès de l’Office des professions et pour lequel le soutien de M. de Villers viendra en appui et en renforcement.

Source : Revue RH, volume 22, numéro 3, juillet/août/septembre 2019.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie