Vous lisez : L’Ordre, une locomotive de tête en parfaite condition
« Je me sens privilégiée d’avoir la confiance des membres du conseil d’administration de l’Ordre. En faire partie me permet d’avoir un effet positif sur la main-d’œuvre au Québec. Beaucoup d’initiatives sont mises en place pour les membres et pour la société, ce qui rend le défi emballant ». Ce sont les propos que j’ai tenus lors d’une entrevue accordée au tout début de mon mandat, en 2017, en tant que présidente du conseil d’administration de l’Ordre. Me voyant pratiquement arrivée au terme de ce mandat, je ne peux que réitérer ces propos.

Travailler au sein d’une organisation forte et dynamique comme celle de l’Ordre fut pour moi une occasion unique que je ne pouvais pas laisser passer. Non seulement ai-je eu le plaisir de m’impliquer de l’intérieur dans le développement de la profession, mais j’ai également eu la chance d’acquérir une expérience exceptionnelle et d’être gratifiée par de nombreuses relations enrichissantes.

Bien que je ne quitte mes fonctions qu’au printemps prochain, je voudrais profiter de cette tribune pour faire une brève rétrospective de quelques dossiers et réalisations qui me sont chers, sur lesquels nous avons travaillé et que je sais qu’ils continueront d’être au coeur des actions de l’Ordre. Des actions dans lesquelles la prise de décision s’avérait parfois être un facteur crucial, voire essentiel à plusieurs des résolutions adoptées ou engagées.

Ces dernières années ont apporté à notre organisme leur lot de défis; je tenterai de dégager, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité, les lignes de force de certains de ces défis. Le mouvement #moiaussi, qui a soulevé la planète dans la dernière année, a révélé l’ampleur de la problématique du harcèlement et l’étendue de ses répercussions, justifiant ainsi la pertinence de réserver, en pareils cas, l’intervention à des professionnels compétents et impartiaux tels que les CRHA-CRIA. La modernisation de la Loi sur les normes du travail a aussi été l’objet de travaux visant à faire valoir la position de nos membres.

La légalisation du cannabis, la rareté de la main-d’œuvre et leurs effets sur les milieux du travail furent et demeurent des enjeux qui ont encouragé l’Ordre à prendre position, incitant les organisations à revoir leurs politiques et stratégies en la matière. Bref, tout ce contexte a poussé l’Ordre à se montrer proactif, à faire entendre sa voix dans l’espace public et à éclairer la décision du gouvernement concernant ses orientations, ses initiatives et ses politiques dans tout ce qui touche aux enjeux du monde du travail.

La feuille de route que l’Ordre s’est donnée pour les quatre prochaines années s’inscrit d’ailleurs dans cette lignée, et nous comptons nous y tenir pour atteindre ses objectifs. Influencer les politiques publiques, développer les compétences RH, transformer la profession, faire évoluer son influence et sa crédibilité, incarner l’exemple : voilà les maîtres mots qui guident nos actions sur chacun de nos chantiers.

Nous avons déployé beaucoup d’efforts pour renforcer notre position d’acteur d’influence au sein de la communauté des affaires et auprès des décideurs publics, et nous continuerons à œuvrer pour consolider le rôle stratégique de la fonction des ressources humaines.

La révision du Guide des compétences, tous les programmes que l’Ordre déploie pour l’avancement professionnel de ses membres sont des chantiers que nous menons de front avec agilité, audace et beaucoup de patience, avec comme objectif premier de rendre la fonction RH essentielle.

Les CRHA et CRIA doivent être présents dans tous les milieux afin que nos organisations puissent offrir un climat et des conditions travail qui permettront aux employés de tous les secteurs d’activité de maintenir et d’accroître leur productivité et leur bien-être. C’est là notre façon de contribuer au développement socioéconomique du Québec tout en assurant la protection du public.

Permettez-moi en terminant de remercier l’engagement de tous les administrateurs et administratrices avec lesquels j’ai travaillé au cours de ces années. Mes remerciements vont également à toute l’équipe de l’Ordre, à leur tête sa directrice générale, Manon Poirier. Forts de leur engagement indéfectible envers leur fonction, tous ces acteurs ont su hisser le titre de CRHA-CRIA au rang de référence et de gage de qualité au sein de tout le réseau professionnel.

Marianne St-Pierre-Plamondon, CRHA

Source : Revue RH, volume 22, numéro 2, avril/mai/juin 2019.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie