Vous lisez : Santé et mieux-être au travail : Enjeux et les actualité

Le thème de ce numéro de la revue RH est la santé et le mieux-être au travail. Nous avons voulu connaître la perspective de deux boursières de la Fondation CRHA sur ce sujet. Nous leur avons posé la question suivante : Quels sont, actuellement, les enjeux et les avancées en lien avec la santé et le mieux-être au travail?

Miriam Blondin

Miriam Blondin

Les organisations peuvent avoir beaucoup d’influence sur la santé mentale et le mieuxêtre de leurs employés en instaurant, notamment, des politiques favorisant la conciliation entre le travail et la vie personnelle.

Dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, je me suis intéressée aux effets de l’utilisation des technologies de la communication sur le conflit entre le travail et la vie personnelle. Malgré le fait que ces technologies facilitent les communications professionnelles, ces dernières peuvent également amener les employés à ressentir une pression pour répondre aux messages reçus hors des heures de travail, affectant ainsi leur vie personnelle. La régulation de l’utilisation de ces technologies est donc un enjeu non négligeable à considérer afin d’améliorer la santé mentale des employés, puisqu’il est important de les laisser se détacher psychologiquement de leur travail.

Sanaa Tmimi

Sanaa Tmimi, CRIA

Un enjeu pour l’État, les entreprises et les employés

La santé et le mieux-être sont un enjeu pour trois acteurs : l’État, les entreprises et les employés. C’est un enjeu pour l’État car la santé représente 45 % du budget du gouvernement du Québec, et ce chiffre va en augmentant. C’est un enjeu pour les entreprises car les problèmes de santé représentent 17 % de la masse salariale en coûts liés à l’absentéisme et à l’invalidité. Pour les employés, le travail représente 50 % de leur vie éveillée. Sans oublier que, pour la relève, la santé est une valeur très importante lorsqu’on parle de travail (Watson Wyatt Worldwide, 2000).

La pointe cachée de l’iceberg : les coûts indirects et le présentéisme

Le présentéisme est, par opposition à l’absentéisme, le fait d’être présent. Ainsi, un employé peut travailler et être présent sur son lieu de travail, sans pour autant avoir une santé physique ou mentale lui permettant d’être pleinement productif. Le présentéisme est en lien avec la non-santé en entreprise. La non-santé génère deux sortes de coûts : directs et indirects. Les coûts directs sont la pointe visible de l’iceberg (l’absentéisme, les cotisations en santé et sécurité au travail (CNESST)).

La partie immergée de l’iceberg comprend les coûts indirects (perte de productivité, coûts d’embauche et de formation des employés de remplacement) et le présentéisme, qui sont souvent oubliés. À ce titre, plusieurs études d’actuaires ont démontré que les coûts indirects représentent une à dix fois les coûts directs, dépendamment du type d’emploi et du niveau de spécialisation. En ce qui concerne les coûts en lien avec le présentéisme, ils peuvent représenter deux à trois fois ceux de l’absentéisme (Brody et al., 1990).

Les problèmes les plus fréquents en milieu de travail

Ces dernières années, des études ont démontré que les maladies chroniques, les lésions musculo- squelettiques et les problèmes de santé psychologique sont les problèmes de santé les plus recensés en milieu de travail (Santé Canada, 2011). Il reste que certains facteurs de risque liés à ces trois types de problèmes sont personnels, tandis que d’autres sont en lien avec l’environnement de travail. Ainsi, la santé reste une responsabilité partagée entre les employés (par leurs choix et comportements) et les entreprises (en utilisant les leviers mis à leur disposition pour avoir un impact positif sur l’état de santé des employés).

Source : Revue RH, volume 21, numéro 3, juillet/août/septembre 2018.

Références bibliographiques

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie