Vous lisez : Une langue d’influence
Je suis fondamentalement convaincue qu’il n’y a jamais eu de meilleur moment que maintenant pour être CRHA ou CRIA.

Dans une ère de numérisation où l'on estime que d’ici dix ans, 80 % des emplois seront d’une façon ou d’une autre touchés par la modernisation, et malgré ce qu’on pourrait croire, l’avancement technologique ne met pas l’humain à l’écart ; au contraire, l’automatisation et l’intelligence artificielle permettent une plus grande expression de notre humanité.

Et c’est l’humain, son potentiel et sa capacité d’innover qui fourniront plus que jamais un avantage concurrentiel aux organisations. Et qui sont les spécialistes de l’humain au sein des organisations? Les CRHA et CRIA!

Ainsi, pour exercer notre pouvoir d’influence, on ne doit pas se limiter à acquérir le langage traditionnel des affaires. Bien sûr, comme professionnels, nous devons maîtriser les concepts, les enjeux et le vocabulaire de chacune des fonctions de l’entreprise et de l’industrie dans laquelle elle évolue, question de pouvoir comprendre et discuter avec nos pairs.

Mais l’avenir pour les organisations se construit autour de notre langage à nous. Cette langue que nous maîtrisons, celle de l’humain, de ses ambitions, de ses motivations, de ses compétences. En façonnant notre profession, nous nous sommes établis et avons évolué à travers des processus, des politiques, des cadres, des programmes, des stratégies, mais à la base, nous sommes les artisans du développement du potentiel humain. Ce potentiel qui permet aux organisations de se distinguer, de se réinventer.

Il n’y a pas de raison que notre profession se subordonne à d’autres. Au lieu de chercher strictement à acquérir le vocabulaire des autres pour jouer à la table, nous avons l’opportunité et même l’obligation d’enseigner notre langage, notre vocabulaire, notre expertise. Et en 2017, cette expertise doit nécessairement inclure la capacité d’anticiper les bouleversements technologiques qui ont déjà et continueront d’avoir des répercussions importantes sur nos organisations, de prévoir les compétences qui seront requises, de visualiser de nouvelles formes de travail et de stimuler l’innovation.

Il n’y a jamais eu de meilleur moment d’être CRHA ou CRIA que maintenant. Alors, saisissons-le et exploitons-le pleinement à l’avantage de la profession, des organisations et des travailleurs.

Source : Revue RH, volume 20, numéro 3, septembre/octobre 2017.
Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie