Vous lisez : Période de turbulence : Quelle place accorder à l’optimiste?

Nouvelle acquisition, faillite d’un fournisseur, obtention d’un important contrat, changement du modèle d’affaires, lancement d’un nouveau produit, départ inattendu d’un employé clé, autant d’événements qui peuvent créer de la turbulence au sein d’une organisation. Pendant ces périodes de turbulence, comment se comportent vos leaders? Sont-ils trop ou pas assez optimistes? Sont-ils assez agiles pour propulser leurs équipes?

En période de turbulence, les leaders sont très axés sur la tâche et les objectifs à atteindre. Souvent, ils oublient d’intégrer le climat de travail dans la gestion de la performance. Pourtant, l’optimisme s’avère un élément clé du climat et est reconnu comme l’une des compétences des équipes performantes.

Un questionnement RH qui peut valoir tout son pesant d’or, si la mobilisation et l’engagement sont au cœur de vos préoccupations. Mais qu’est-ce que l’optimisme? Quelles sont les caractéristiques d’un leader optimiste? Quels sont les comportements à valoriser pendant cette turbulence pour créer un climat de travail performant non centré exclusivement sur la productivité?

Voici certaines pistes de réflexion et d’action issues d’une longue pratique et pouvant inspirer tout professionnel RH qui accompagne quotidiennement les leaders en période de turbulence.

Qu’est-ce que l’optimisme?

Disposition d’esprit qui influence notre façon d’évaluer et d’agir face aux situations, l’optimisme est un concept complexe qui puise ses origines, entre autres, dans la psychologie positive de Martin E. P. Seligman. Cette discipline a pour objectif de mieux comprendre ce qui rend les personnes résilientes, heureuses et optimistes. En 2004, Seligman et Peterson proposent un modèle de classification incluant 24 forces regroupées en 6 vertus. L’ensemble de ces forces nous aide à mieux cerner cette dimension de santé et bien-être où l’optimisme joue un rôle important.

Comment va la vie?

Parmi les 11 dimensions du bien-être définies par l’OCDE, trois touchent directement le travail :

  • Éducation et compétences
  • Équilibre vie professionnelle et vie privée
  • Emploi et salaire

Source : OCDE

Plus simplement, l’optimisme permet à l’individu de s’adapter aux changements avec une rapidité remarquable et favorise l’utilisation des canaux de communication avec les autres. Il se manifeste sous différentes formes chez l’individu. Même en présence d’une timidité, l’individu optimiste est enjoué, valorise l’écoute, l’appréciation et la reconnaissance. Il regarde au-delà des apparences, ne juge pas sans connaître et fait preuve de curiosité pour comprendre plus en profondeur. Contrairement aux croyances populaires, il n’a pas de lunettes roses. Il réagit de façon réaliste tout en restant prudent et en repoussant le « drama », l’échec et la vision limitative. Il a une prédisposition naturelle au bonheur et aspire à plus pour lui-même et pour les autres.

Six caractéristiques des leaders optimistes

Inspirées de Seligman, Goleman et d’une longue expérience pratique, voici six caractéristiques qui distinguent les leaders optimistes et leur permettent d’avoir l’impact désiré en période de turbulence. L’angle privilégié pour la sélection de ces caractéristiques a été celui de la simplicité. Fondamentalement, ce qui est simple à la base retient toujours plus l’attention et a plus de chance d’inspirer le changement.

Savoir écouter

  • Attentif à son environnement et assure une écoute active et empathique lorsque l’autre s’exprime.
  • Accueille et accepte le silence.
  • Est curieux afin d’éviter de juger et de blâmer.
  • Valorise un temps d’échanges pour s’assurer de bien comprendre les nuances et différents points de vue.
  • Sait décortiquer les besoins, les attentes, les intentions et les enjeux avec ouverture d’esprit et a une forte capacité à bien reformuler les opinions.

Être orienté vers les relations

  • Désire créer et bâtir des relations, ce qui l’amène à s’intéresser sincèrement aux autres.
  • Aime découvrir les personnes et identifier leurs forces.
  • A confiance en ses moyens et ceux des autres.
  • Crée un climat qui favorise la contribution individuelle et collective.
  • Démontre de la reconnaissance par des gestes simples, authentiques et spontanés.

Stimuler

  • Est contagieux.
  • Par ses communications et ses actions, incite au développement de soi et au dépassement des équipes.
  • Donne le goût d’apprendre et d’élargir ses horizons. Le surplace n’est pas une option.
  • Encourage à sortir de sa zone de confort pour découvrir et bâtir.
  • Fait réfléchir tout en osant nommer pour faire évoluer.

Faire confiance

  • Bâtit et inspire la confiance.
  • Ose être vulnérable.
  • Ne cherche pas à être un héros ni une machine sans émotion.
  • Est crédible et transparent.
  • Clarifie les attentes et tient ses engagements.
  • Se fait confiance et fait confiance aux autres.

Savoir dédramatiser

  • Possède une forte intelligence émotionnelle.
  • A une très bonne gestion de soi afin de conserver son calme dans la turbulence.
  • Analyse de façon réaliste son environnement afin de voir les angles morts.
  • Sait nuancer dans les communications afin de favoriser l’émergence de nouvelles perspectives.
  • Utilise l’humour comme outil pour recadrer et faire avancer.
  • Désamorce le commérage.

Voir un futur favorable

  • Propulse vers le changement.
  • A la capacité d’envisager le futur grâce à sa créativité.
  • Voit des ouvertures quand d’autres voient seulement des portes fermées.
  • S’élève au-dessus de la mêlée.
  • Ne s’attarde pas aux détails, car a une vision globale de son système.
  • Est convaincu de la puissance du collectif lorsque celui-ci est bien aligné.
  • Brise les silos et facilite le passage à l’action.
Figure 1

Comment l’optimisme peut-il être un levier dans vos discussions liées à la performance?

La figure 1 présente un outil simple qui vous permettrait d’évaluer avec vos leaders le degré d’optimisme régnant au sein de leur équipe. Pour chacun des indicateurs, évaluer les perceptions de chacun des membres composant l’équipe sur une échelle de 1 à 9 et en faire une moyenne pour chacun de ces éléments. 9 étant le résultat optimal. Si la majorité des pointages moyens des éléments se situent sous 5, vous avez alors une opportunité de leur faire prendre conscience de l’impact de l’optimisme sur leur climat de travail et de les initier aux caractéristiques des leaders positifs ainsi qu’aux indicateurs qu’ils peuvent cibler directement pour hausser le degré d’optimisme collectif.

L’optimisme, une agilité à développer!

En somme, les croyances liées à l’optimisme font souvent de cette compétence une négligée dans le développement du leadership. Pourtant de nombreux événements créant de la turbulence font souvent appel à cette compétence. Il faut donc oser la curiosité, et ce, afin de voir tout le potentiel de performance lié à l’optimisme.

Source : Revue RH, volume 19, numéro 5, novembre/décembre 2016.


Références bibliographiques

  • Peterson, C., & Seligman, M. E. P. (2004). Character Strengths and Virtues: A Handbook and Classification, New York: Oxford University Press and Washington, DC: American Psychological Association.
  • Lombardo, Michael M. & Eichinger, Robert W. (2006). For Your Improvement: a Guide for Development and Coaching, 4th Edition, Minneapolis, MN: Lominger International, a Korn/Ferry Company.
  • Goleman, Daniel (2011). Leadership: The Power of Emotional Intelligence, LLC Northampton, MA: More Than Sound.
Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie