Vous lisez : Leadership : Se développer au quotidien

Existe-t-il un outil permettant de développer ses compétences en matière de leadership de manière autonome? La réponse : oui! Aperçu sur l’autocoaching.

L'autocoaching, s’il est réalisé en suivant un processus structuré et rigoureux qui vise le passage du discours à l’action, ouvre la voie à une réflexion profonde. Celle-ci permet d’identifier la source des blocages ou des émotions chez une personne qui n’aurait peut-être pas choisi d’investir temps et argent dans une démarche traditionnelle de coaching.

De plus en plus de recherches révèlent la puissance de l’autocoaching comme stratégie de développement dans l’action. Les résultats de ces recherches concluent à un rendement de l’investissement de plus de 400 % pour les personnes qui s’engagent dans cette démarche aux fins de développement professionnel.

Du coaching à l’autocoaching

Le coaching est un processus qui permet de passer du point A au point B plus rapidement et efficacement. Une démarche de coaching structurée mène à coup sûr vers le monde en soi de la personne coachée. Le processus fait émerger les solutions les plus appropriées pour l’individu en fonction du contexte. C’est ce qui permet au coaching d’être une stratégie de développement puissante, mesurable et durable.

3 avantages de l’autocoaching

  1. S’ajuste à votre rythme
  2. Développe l’autonomie
  3. Stimule le travail sur soi

L’autocoaching ne s’écarte pas de cette définition. Au moyen de lectures, de pistes de réflexion et d’exercices pratiques, l’individu cherche à susciter une prise de conscience et le passage à l’action. Il faut savoir que l’autocoaching peut être parfois exigeant. Il requiert un engagement, de la discipline et beaucoup de persévérance. De plus, il est important de s’exercer à laisser le passé à sa place (c’est-à-dire dans ses souvenirs) afin qu’il ne freine pas l’épanouissement du moment présent.

Comment développer ses compétences de leader par cette approche?

Il est primordial de prendre le temps de bien définir l’objectif de sa démarche d’autocoaching avant de débuter. Tout comme avec une carte routière, la personne doit connaître sa destination pour choisir le chemin qui lui convient le mieux.

Voici quelques points à définir et qui permettront de maximiser l’expérience d’autocoaching :

  1. Formuler un objectif réaliste et pertinent qui sera le point d’ancrage durant tout le processus (d’ici le…, j’aurai…) :
  2. Je saurai que j’ai atteint mon objectif, quand je constaterai que (identifiez au moins un comportement observable) :
  3. Atteindre mon objectif me permettra de faire un pas de plus vers ce que je veux vraiment, soit :
  4. Cet objectif est vraiment important pour moi parce que :
  5. Ce qui me manque actuellement pour réaliser cet objectif :
  6. Ce qui peut m’aider à réaliser cet objectif :
  7. Les conditions de succès que je compte mettre en place pour prioriser ma démarche d’autocoaching afin d’atteindre mon objectif :

Exemples d’objectifs d’autocoaching en lien avec le développement des compétences de leadership

Acquérir une conscience de soi est la clé essentielle pour développer son leadership dans toutes les sphères de sa vie. C’est en investissant en soi sur une base quotidienne que l’on arrive à être aligné sur qui on est réellement, sur ce qu’on veut vraiment pour exprimer le plein potentiel de ses talents au service de son entreprise. Par exemple :

  1. La conscience de soi : d’ici le 30 novembre 2016, j’aurai des indicateurs précis à l’effet que j’écoute davantage (jusqu’à la fin) mes interlocuteurs avant d’entreprendre ma réflexion et d’articuler ma réponse;
  2. La transparence émotionnelle : d’ici le 31 décembre 2016, j’aurai pris le temps de bien préparer mon intervention auprès de Jacques, à qui je dois donner une rétroaction authentique sur son comportement envers ses collègues;
  3. Atteinte de résultats d’affaires : d’ici le 31 janvier, j’aurai mis en oeuvre le plan d’action qui permettra de générer une augmentation de 1 % du taux de satisfaction de la clientèle à la fin de 2017.

Source : Revue RH, volume 19, numéro 4, septembre/octobre 2016.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie