Vous lisez : L’inspection professionnelle : Un mécanisme précieux d’accompagnement dans la pratique

Membre de l’Ordre depuis cinq ans, Olivier Migneau*, CRIA est conseiller en ressources humaines dans une grande entreprise. De grands changements ont lieu dans l’organisation depuis son entrée en poste il y a moins de six mois. Il est très occupé puisque l’autre conseiller en ressources humaines a donné sa démission. Voilà qu’aujourd’hui Olivier a reçu un avis de sélection de l’inspection professionnelle. Paniqué à l’idée de recevoir un inspecteur, il va voir son patron pour l’informer de la situation. La situation se complique du fait que celui-ci ne veut en aucun cas qu’un inspecteur de l’Ordre se présente dans l’entreprise, pour des raisons de confidentialité des renseignements.

L’inspection professionnelle est un des mécanismes par lequel l’Ordre peut remplir sa mission de protection du public. Ce processus est basé sur le Guide des compétences des CRHA et CRIA; il permet de valider la pratique des membres et le maintien à jour de leurs compétences. À la suite de sa sélection, Olivier va recevoir rapidement un appel d’un membre de l’équipe d’inspection professionnelle de l’Ordre. Le but de cet appel est de le rassurer et de lui expliquer le processus et les étapes qui vont suivre. L’équipe de l’Ordre ainsi que l’inspecteur sont là pour répondre à toutes ses questions.

Saviez-vous que…

L'ordre prévoit en 2016-2017 un total de 225 visites d'inspection, soit plus du double de l'année dernière.

La sélection des CRHA et CRIA qui seront soumis à l’inspection professionnelle se fait de façon aléatoire et par région. Chacun doit d’abord remplir certains questionnaires en fonction de sa pratique. Lors d’un appel téléphonique, l’équipe d’inspection s’assure qu’Olivier remplit les bons questionnaires.

Une date est ensuite fixée pour la visite d'inspection professionnelle, qui sera d’une durée d’environ trois heures, en avant-midi ou en après-midi. Olivier pourra choisir le moment propice pour recevoir l’inspecteur. Au cours de cette visite, l’inspecteur procédera à la vérification de la pratique d’Olivier tout en se basant sur les réponses aux questionnaires. Il vérifiera également la tenue des dossiers par Olivier ainsi que son dossier de formation continue. Tous deux pourront discuter sur la pratique d’Olivier. Car l’inspection est une opportunité pour Olivier d’améliorer sa pratique professionnelle et de connaître les outils susceptibles de l’aider dans le cadre de son travail.

Olivier doit expliquer à son directeur l’importance de l’inspection professionnelle, en lui spécifiant que c’est un processus obligatoire en vertu du Code des professions. Il pourra lui dire que les membres de tous les ordres professionnels sont soumis à ce processus au cours de leur carrière. Olivier peut aussi rassurer son patron en lui indiquant que l’inspecteur a signé un serment de discrétion. L’inspecteur s’engage à ne révéler ni à faire connaître, sans y être autorisé par la Loi, aucune information dont il pourrait avoir connaissance dans l’exercice de sa charge. L’inspecteur prend en note seulement les renseignements nécessaires sur la pratique d’Olivier.

Dans les semaines suivant l’inspection, le comité d’inspection professionnelle (CIP) étudiera le dossier d’Olivier et émettra, si nécessaire, des recommandations sur sa pratique. Celles-ci seront inscrites dans le rapport qui lui sera transmis et il devra s’y conformer.

En un mot, Olivier peut être rassuré… L’inspection professionnelle a pour but de l’accompagner et non de le sanctionner. Et bien que ce processus soit obligatoire, il vise à l’accompagner dans sa pratique professionnelle et à l’aider à l’améliorer.

*Nom fictif

Source : Revue RH, volume 19, numéro 4, septembre/octobre 2016.


Pour en savoir plus

Consultez le programme d’inspection professionnelle 2016-2017 : portailrh.org/inspection

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie