Vous lisez : Un haut taux de présence syndicale au Québec

Dans une étude publiée en 2013 par la CRÉPIC et l’ENAP, les auteurs ont cherché à déterminer comment le Québec se classe par rapport à trois pays scandinaves en ce qui a trait notamment au taux de syndicalisation. En voici quelques détails intéressants.

  • Selon les taux de syndicalisation en 2009 (année utilisée pour la recherche), les travailleurs québécois sont beaucoup moins syndiqués que ceux du Danemark, de la Finlande et de la Suède, les trois pays scandinaves étudiés. Ainsi, au Québec, le taux de syndicalisation se situait alors à 39,8 %, tandis que celui observé en Finlande était de 69,2 %, au Danemark de 68,8 % et en Suède de 68,4 %.
     
  • Fait intéressant de l’étude, si on évalue l’évolution des taux de syndicalisation pendant une période de 10 ans, on s’aperçoit que si ceux du Québec ont été assez constants (passant de 40 % en 1999 à 39,8 % une décennie plus tard), ceux des pays scandinaves ont plutôt décru (passant en dix ans de 80,6 % à 68,4 % en Suède, de 76,3 % à 69,2 % en Finlande et de 74,9 % à 68,8 % au Danemark).

Selon les statistiques de l’OCDE, toujours en 2009, le plus haut taux de syndicalisation parmi ses pays membres se retrouvait en Islande (79,3 %), immédiatement suivi par les trois pays scandinaves mentionnés plus haut. Quant aux pays ayant les taux les plus bas, on remarque la Turquie avec 5,9 %, l’Estonie avec 7,7 %, la France avec 7,9 %, la Corée avec 10 % et les États-Unis avec 11,4 %. Le taux moyen de syndicalisation de tous les pays membres de l’OCDE se situait cette année-là à 17,9 %.

Le taux de présence syndicale
Si le Québec se classe au dernier rang lorsqu’on compare son taux de syndicalisation avec celui des trois pays scandinaves ayant fait l'objet de l’étude citée plus haut, il arrive cependant bon premier en Amérique du Nord en ce qui concerne son taux de présence syndicale. Ce pourcentage mesure le nombre de personnes visées par une convention collective par rapport à l’ensemble des salariés. Ainsi, selon les données du ministère du Travail, en 2011, le taux de présence syndicale québécois était de 39,5 %. Un pourcentage plus élevé qu’en Ontario (28 %) et qu’au Canada dans son ensemble (30 %) et beaucoup plus élevé qu’aux États-Unis (13 %).
  • En 2011, le plus haut taux de présence syndicale au Québec se situait dans le secteur des administrations publiques (81,4 %), alors qu’il était de 70 % en Ontario, 75 % dans le reste du pays et à 40 % aux États-Unis dans ce même secteur.

Source : Effectif, volume 17, numéro 2, avril/mai 2014.


CRÉPIC : Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée
ENAP : École nationale d'administration publique

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie