Vous lisez : L’absentéisme

L’absentéisme est un phénomène organisationnel à prendre au sérieux. Ses répercussions engendrent des coûts énormes pour les entreprises.

En effet, les organisations dépensent en moyenne de 15 à 20 % de leur masse salariale en frais divers occasionnés par l’absence répétitive de leurs employés. En une décennie, le taux d’absentéisme dans les entreprises canadiennes a grimpé sans cesse. Il est passé de 3,8 % en 1997 à 5,4 % en 2006. Ce n’est pas seulement au Canada que l’absentéisme blesse… Il est aussi fréquent ailleurs dans le monde.

  • En 2006, c’est la France qui a enregistré le taux d’absentéisme le plus élevé d’Europe avec un taux de 4,5 %. L’Allemagne se situait en deuxième position avec un taux de 4,4 % alors que la moyenne européenne était de 4 %.
     
  • Toujours en 2006, les pays européens les moins touchés par l’absentéisme ont été l’Italie qui a obtenu la meilleure place avec un taux de 3 % suivie de l’Autriche (3,1 %), des pays scandinaves (3,7 %), de l’Irlande et de la Suisse (3,8 %) ainsi que du Royaume-Uni et des Pays-Bas (3,9 %).
     
  • Pour l’ensemble de l’Europe, en 2006, l’électronique et les nouvelles technologies de l’information sont les secteurs d’activité qui ont été les moins touchés par l’absentéisme de leurs employés avec un taux de 3 %.
     
  • Les secteurs de la chimie (5 %), des assurances (4,7 %) et de l’administration (4,4 %) ont compté parmi les secteurs les plus sujets à l’absentéisme en Europe. Ils étaient suivis de près par les services bancaires (4,3 %), la distribution et les loisirs (4,3 %), l’industrie (4,1 %) et les services (4 %).
     
  • En Europe, la dépression et le stress se situent au deuxième rang parmi les problèmes de santé les plus fréquents et constituent 50 % des demandes d’assurance pour invalidité à long terme.
     
  • Une étude effectuée en 2007 a déterminé que la dépression et le stress sont en augmentation et représentent la deuxième cause d’absentéisme au travail en Angleterre; ce sont les problèmes liés aux muscles tels que les maux de dos qui se classent premiers, avant les problèmes de santé mentale, comme principale cause d’absentéisme.
     
  • Aux États-Unis, on estime que la moitié des 550 millions de jours de travail perdus par an à cause de l’absentéisme sont liés au stress. Ainsi, 60 % des absences des salariés seraient reliées à des problèmes psychologiques dus au stress professionnel. L’absentéisme a un coût estimé à 602 $ par salarié et par jour pour les entreprises américaines.
Dépression et stress, deuxième cause d'absentéisme au Royaume-Uni 
Le management du stress

Source : Effectif, Volume 11, numéro 4, septembre/octobre 2008

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie