Vous lisez : Au sujet de la retraite…

La crise boursière et financière a un impact sur l’âge de la re­traite d’un grand nombre de travailleurs au Canada et dans plusieurs régions du monde.

Alors que des départs massifs étaient prévus dans plusieurs secteurs, les déboires économiques liés à la crise, entre autres raisons, forceront de nombreuses personnes à travailler plus longtemps. En effet, beaucoup de travailleurs ont vu fondre leurs épargnes chèrement gagnées. Dans les pays de l’OCDE, par exemple, la valeur des investissements des caisses de retraite a reculé de 23 % en 2008, soit de quelque 5 400 milliards de dollars américains au total. L’inquiétude est palpable chez les futurs retraités et les retraités depuis la crise boursière et financière.  

  • Un sondage réalisé par BMO Groupe financier dont les résultats ont été publiés au printemps 2009 révèle qu’un tiers des Canadiens qui prévoyaient prendre leur retraite d’ici cinq ans songent sérieusement à rester plus longtemps sur le marché du travail.
     
  • Selon un autre sondage, réalisé par la revue Protégez-vous en novembre 2008, ce sont deux travailleurs sur cinq qui prévoient repousser leur retraite pour donner le temps à leurs placements de reprendre de la valeur.
     
  • De nombreux baby-boomers restent plus longtemps sur le marché du travail dans le but d’augmenter leurs revenus de retraite. L’argent, avant le fait de demeurer actif intellectuellement, est ainsi la principale raison qui pousse les préretraités ou les retraités à travailler plus longtemps ou à retourner sur le marché du travail.
     
  • Quant aux travailleurs déjà retraités, plusieurs projettent de décrocher un nouvel emploi. En effet, 41 % des retraités ont l’intention de retourner sur le marché du travail au cours de la prochaine année.
     
  • Ailleurs, on observe la même tendance. Par exemple, aux États-Unis, un grand nombre de travailleurs ont dû différer leurs projets de retraite à cause de la récession. Selon l’American Association of Retired Persons, au moins un Américain sur dix âgé de 45 ans et plus s’attend maintenant à devoir travailler au-delà de 65 ans.
     
  • En Australie, une récente étude a démontré qu’un quart de la population aux environs de l’âge de la retraite s’attendait à travailler jusqu’à l’âge de 70 ans.

Source : Effectif, volume 12, numéro 5, novembre/décembre 2009.


Sources Internet :
Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie