Vous lisez : Absentéisme à la hausse…

Le taux d’absentéisme pour des raisons personnelles telles que la maladie, l’incapacité et les obligations personnelles ou familiales s’accroît de façon constante dans les entreprises depuis plus d’une décennie.

En effet, l’Enquête sur la population active de Statistique Canada révèle la fréquence à la hausse des absences du travail et du nombre de jours perdus pour ces raisons. On peut penser que l’accumulation de plusieurs facteurs explique cette forte tendance, entre autres le vieillissement de la main-d’œuvre, le stress élevé chez les travailleurs ainsi que des congés de maladie et congés pour obligations familiales plus généreux. Voici quelques faits…

  • En 2009, selon Statistique Canada, 890 000 employés canadiens se sont absentés du travail, au cours d’une semaine moyenne, pour cause de maladie, d’obligations personnelles ou de contraintes familiales autres que les congés de maternité.
     
  • Par semaine, le nombre d’employés ne venant pas travailler à cause d’une maladie ou d’une incapacité a augmenté de façon constante durant les douze dernières années. En effet, ce nombre a plus que doublé, puisqu’il était de 431 000 en 1997.
     
  • En 1999, au cours d’une semaine moyenne, 6 % de tous les employés à temps plein (en excluant les femmes en congé de maternité) occupant un seul emploi étaient absents du travail toute la semaine ou pendant une partie de celle-ci pour des raisons personnelles. En 2009, ce pourcentage a atteint 8,2 %.
     
  • Le temps de travail perdu pour des raisons personnelles a grimpé de l’équivalent de 8,1 jours par travailleur en 1999 à 9,8 jours en 2009.
     
  • En 2009, environ 107 millions de journées de travail ont été perdues au total. Les hommes ont perdu 8,6 jours (soit 6,6 jours pour cause de maladie ou d’incapacité et 2,1 jours pour des obligations personnelles ou familiales), alors que les femmes en ont perdu 11,4 (soit 9,3 jours pour cause de maladie ou d’incapacité et deux jours pour des obligations personnelles ou familiales).
     
  • Les employés à temps plein qui ont enregistré le plus de jours perdus en 2009 travaillent dans les professions de la santé (15 jours) et dans le secteur de la production (12,6 jours). Les travailleurs qui ont emmagasiné le moins de jours de travail perdus occupent des postes de gestion (6,3 jours).
     
  • Si on les compare à la moyenne annuelle, les absences qui ne durent qu’une partie de la semaine, soit plus souvent dues à une maladie, sont environ 30 % plus courantes en hiver et près de 20 % moins courantes en été.

Source : Effectif, volume 13, numéro 5, novembre/décembre 2010.


Sources Internet :

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie