Vous lisez : La conciliation famille-travail

La conciliation famille-travail (CFT) a pris un tout autre niveau depuis mars 2020. Que ce soit pour les parents qui ont fait l’école à la maison tout en travaillant ou pour les personnes qui devaient s’occuper d’un proche âgé sans entrer dans leur demeure, en moyenne, plus du deux tiers des travailleurs ayant des responsabilités familiales (66 %) trouvent que la conciliation famille-travail est habituellement facile à gérer; la moitié (52 %) indiquent néanmoins qu’il s’agit d’une source de stress importante. Quels facteurs contribuent à rendre la CFT plus difficile ou plus stressante?

Composition de la cellule familiale

L’ampleur des responsabilités familiales et le nombre de personnes à charge jouent beaucoup sur la complexité de la CFT. Les parents de deux enfants ou moins considèrent que la CFT est une source de stress importante à 54 %, et cette proportion passe à 61 % pour les parents de trois enfants ou plus. On remarque aussi que plus les enfants sont jeunes, plus la CFT est un facteur de stress : 64 % pour les parents ayant des enfants de 1 à 5 ans, 56 % pour les 6 à 12 ans, et 49 % pour les 13 à 17 ans.

De plus, plusieurs parents sont également proches aidants (44 %) auprès de leurs propres enfants ou d’un autre membre de la famille. Ce double chapeau amplifie nettement le stress relié à la CFT (63 %), comparativement aux personnes qui sont seulement parents (53 %) ou uniquement proches aidants (44 %).

Connaissez-vous bien la main-d’œuvre de votre organisation et les réalités familiales de vos employés? Sachez qu’il est essentiel de bien comprendre leur réalité afin d’orienter adéquatement vos interventions.

Disponibilité des mesures

Il va sans dire qu’il est plus aisé de concilier famille et travail lorsque les mesures sont claires et bien communiquées. Parmi les personnes qui ont eu plus de facilité à concilier les deux sphères, certains disposaient d’un horaire de travail flexible (51 % contre 33 % pour ceux qui considéraient la CFT comme difficile), d’une banque d’heures ou de temps cumulé (40 % contre 30 %). Ils avaient également la possibilité de choisir des vacances (55 % contre 40 %) ou droit à des congés payés pour des responsabilités familiales (42 % contre 34 %).

Malgré la disponibilité des mesures de CFT chez une bonne proportion des répondants de notre sondage, on note que plusieurs personnes les utilisent peu fréquemment. Il importe de se demander si les mesures disponibles sont adéquates pour répondre aux besoins des employés. Or, les personnes qui vivent une CFT plus difficile travaillent en plus grande partie pour des organisations n’ayant jamais évalué leurs besoins en la matière (40 % contre 28 %).

Utilisation des mesures et contexte organisationnel

Plus du tiers des travailleurs avec des responsabilités familiales (38 %) se débrouillent par d’autres moyens lorsqu’un enjeu survient (réseau de soutien, conjoint(e), etc.). La peur du jugement de leurs supérieurs (26 %) ou de leurs collègues (17 %) ou l’anticipation d’un refus (17 %) freinent les travailleurs à utiliser les mesures de CFT.

Les travailleurs pour qui la CFT est anxiogène rapportent que leur employeur est défavorable à la conciliation (63 % contre 37 % pour les personnes qui disent que la CFT n’est pas un stress important) et que les mesures en place sont insuffisantes (68 % contre 35 %). Sans grande surprise, 91 % des personnes pour qui la CFT est difficile changeraient d’emploi pour accéder à de meilleures mesures. Cela démontre toute l’importance que les organisations devraient accorder à établir les besoins des employés et à mettre en place des mesures de CFT adaptées à leur réalité.

Conclusion

La culture de l’organisation, l’ouverture de l’employeur et le soutien organisationnel sont des facteurs clés d’une conciliation moins stressante et plus facile. Chaque employé a sa propre réalité familiale et ses enjeux qui en découlent. Par ailleurs, réfléchir à la conciliation famille-travail dans le cadre d’une démarche globale amènera une plus grande cohérence et une équité dans les pratiques. En étant à l’écoute des besoins de leurs employés et en faisant preuve de flexibilité et d’empathie, les employeurs ont beaucoup à gagner.

Les données présentées dans le cadre de cette infographie sont tirées du sondage Concilivi sur la conciliation famille-travail mené par la firme Léger auprès de 3 022 parents travailleurs ou proches aidants québécois. Les données, publiées en mai 2021, sont mises en comparaison avec un précédent sondage Concilivi réalisé auprès d’un échantillon similaire en mai 2020.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie