Vous lisez : Le pouvoir des mots

Avez-vous déjà prêté attention à la couverture médiatique relative à l’emploi et au handicap? Par son pouvoir de diffusion de masse, elle peut avoir comme effet d’inviter l’ensemble des citoyens à approfondir leurs réflexions sur les formules d’embauche de personnes en situation de handicap et d’entendre, ce qui est une bonne chose, plusieurs intervenants (employeurs, professionnels de l’intégration, organismes, etc.) à ce sujet. Mais dans ces reportages ou articles, certains mots utilisés pour parler d’intégration et de handicap peuvent parfois avoir un effet ambigu…

Le choix des mots

Par le choix des mots que l’on utilise, on donne parfois une couleur à notre discours, couleur qui provient souvent inconsciemment de notre façon de percevoir une réalité ou de représentations sociales que l’on se fait d’une situation. C’est vrai pour tout le monde. Partout. Toujours. Même pour celles et ceux qui travaillent avec les personnes en situation de handicap. Les représentations que l’on se fait d’une situation sont profondément ancrées. On peut, par exemple, avoir un discours très positif pour parler d’une personne ou d’une situation, tout en le parsemant de mots qui, par la représentation que l’on s’en fait, peuvent mettre l’accent sur un aspect plus négatif ou contradictoire du même discours, que l’on veut positif.

Souffrant de… Malgré…

Depuis quelques années, la dénomination des personnes en situation de handicap a rapidement évolué : de personnes handicapées, à personnes ayant des limitations fonctionnelles ou encore personnes en situation de handicap – l’objectif étant de mettre l’accent sur la personne et non sur le handicap. Malgré la bonne volonté de tous et de toutes, il se peut que l’évolution des représentations sociales du mot « handicap » soit un peu plus lente. C’est pourquoi des relents de ces représentations se retrouvent encore souvent dans les différents discours.

Par exemple dans la couverture médiatique sur l’emploi et les personnes handicapées, où l’on voit encore des titres ou segments d’articles tels que « les personnes souffrant d’un handicap intellectuel », « une expérience d’embauche positive malgré le handicap des employés ». Des mots qui peuvent sembler banals, mais qui entretiennent encore et toujours une idée ayant une connotation négative dans un discours qui se veut positif.

Sans nier une réalité ni faire abstraction des difficultés que les personnes en situation de handicap peuvent rencontrer dans leur intégration en emploi, prendre conscience des mots utilisés avec nos différents interlocuteurs dans notre milieu de travail peut favoriser et accélérer la mise en place de représentations sociales plus positives de la réalité des personnes en situation de handicap, au bénéfice de tout le monde.

Une collaboration d’Éric Daigle pour Habiletés EMPLOI, la communauté d’intérêt de SPHERE.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie