Vous lisez : La pratique du coaching se professionnalise

On est à même aujourd’hui de constater que le coaching est maintenant une pratique encadrée et qui se professionnalise. 

L’élaboration et l’implantation d’un Code de conduite sur le coaching par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, à l’intention de ses membres, démontre cette volonté accrue de normaliser la pratique du coaching et d’uniformiser cette approche couramment utilisée par les CRHA et CRIA dans les entreprises.

Au cours des dernières années certaines associations internationales de coachs ont introduit des règles pour normaliser cette méthode de développement personnel et professionnel. Ces règles, pour la plupart inspirées des normes imposées par les ordres professionnels, visaient à augmenter non seulement la qualité des services de coaching, mais aussi la crédibilité de cette approche.
 
Aujourd’hui, bien que le titre de coach ne soit pas réservé, on observe que les clients exigent de plus en plus des coachs qu’ils respectent des critères précis. On a d’ailleurs beaucoup parlé des critères de sélection d’un coach, notamment dans les publications de l’Ordre au cours des dernières années. Il n’est donc pas à propos de revenir sur ces critères recherchés par les clients. À ce titre, les membres de l’Ordre, étant soumis à l’obligation de compétence, doivent s’assurer qu’ils ont la qualification requise avant d’accepter un mandat de coaching.

Les professionnels RH et le coaching
Les professionnels en ressources humaines qui travaillent en entreprise sont concernés par le coaching tant de par leur rôle de conseiller en matière de développement des employés qu’à titre de coach interne quand ils sont appelés à occuper cette fonction ou à jouer ce rôle au sein de leur organisation. D’ailleurs, plusieurs CRHA et CRIA se sont formés au coaching dans le cadre de leur perfectionnement professionnel.

Un rôle de partenaire d’affaires
Les professionnels RH sont bien souvent aux premières loges en ce qui concerne le développement des employés. Cela inclut la définition des stratégies de développement, l’accompagnement des ressources, l’identification des besoins et des moyens de développement, la sélection des fournisseurs de services, jusqu'à la gestion et à l’évaluation des programmes et des ressources.

En matière de coaching, plus spécifiquement, les professionnels en ressources humaines sont appelés, entre autres, à :

  • identifier les besoins et à définir les critères pour faire appel au coaching comme moyen de développement, i.e., le perfectionnement de compétences, le développement du leadership, la préparation de la relève et des haut potentiels, l’amélioration de la performance, etc.;
  • identifier et évaluer les fournisseurs de coaching afin de constituer une banque de coachs qui, selon leur profil, pourront répondre aux différents besoins identifiés;
  • coordonner et gérer les initiatives et programmes de coaching en plus de les évaluer;
  • fournir aux coachs externes les informations qui leur seront utiles pour mieux servir l’organisation, notamment au niveau de la culture, des approches de développement professionnel et des pratiques de gestion des ressources humaines de l’entreprise.

De par leur fonction, les professionnels en ressources humaines sont, en quelque sorte, les gardiens des bonnes pratiques RH et le sont donc également concernant les services de coaching offerts dans leur organisation. Ils sont à même de témoigner de l’impact positif du coaching et aussi de s’assurer de la qualité des services offerts.

Un rôle de coach interne
Le coaching est aussi un domaine où les membres de l’Ordre peuvent s’investir à titre de coach interne au sein de leur organisation. En utilisant les techniques de coaching, ils accompagnent dans leur développement les ressources de leur entreprise, principalement les gestionnaires et les professionnels. Ces coachs internes sont formés, dans une proportion de plus en plus grande, par des écoles de coaching accréditées et obtiennent une certification auprès d’associations de coachs reconnues. On crée même maintenant des postes de coachs internes affectés à cette fonction au sein des entreprises.

Contribuer à la professionnalisation
On est donc à même d’observer que le coaching est devenu un des moyens couramment utilisés par les entreprises pour le développement personnalisé de leurs employés. Et qu’il y a de plus en plus de membres de l’Ordre qui pratiquent le coaching.

Par ailleurs, les associations de coachs se sont donné comme mission de faire connaître la pratique du coaching et de démystifier cette approche auprès du public en général. Mais les professionnels en ressources humaines demeurent les mieux placés, de par leurs fonctions et leurs connaissances, pour faire valoir auprès des organisations les avantages du coaching et aussi d’expliquer ses limites. En utilisant des critères élevés dans la sélection des coachs, ils contribuent à professionnaliser la pratique du coaching.

* Cet article paraît dans le cadre de la Semaine internationale du coaching d’ICF qui se tient du 19 au 24 mai cette année.  www.icfquebec.org


À propos de l'auteure
Francine Choinière, CRHA, MBA, PCC, coach certifiée ICF s’intéresse au développement des talents. Elle pratique le coaching auprès de dirigeants et de gestionnaires. Elle a aussi développé une expertise dans l’élaboration et l’implantation de programmes de gestion de la relève et offre des services de facilitation de groupes.  On peut la joindre par téléphone [514 912-5969] ou par courriel [fc@coachingchoiniere.com].  Site web : www.coachingchoiniere.com

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie