Vous lisez : Le cannabis : pas de fumée sans feu

Le 17 octobre 2018 passera assurément à l’histoire comme le jour de la légalisation du cannabis à usage récréatif. Si le sujet soulève les passions, il soulève aussi son lot de réflexions et vient remettre en question les balises encadrant la consommation du cannabis à usage médical, laquelle est légalisée depuis 2001.

Réflexion ravivée sur le cannabis à usage médical

Le cannabis à usage médical est remboursé par la très grande majorité des assureurs, par l’entremise des comptes de gestion de santé. Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, plusieurs assureurs ont ajusté leur offre en introduisant différents niveaux de couverture à même les dépenses admissibles de l’assurance soins médicaux. Pour le moment, les dépenses sont admissibles pour des conditions médicales bien précises.

Est-il nécessaire d’ajouter cette couverture à votre régime, au même titre que les dépenses liées à la massothérapie, à l’acupuncture ou à la naturopathie, par exemple? Il en revient à votre organisation de trancher. Cela dit, certains éléments de réflexion peuvent vous aider à prendre une décision éclairée : d’une part, vous pouvez soupeser la cohérence de cette couverture face à vos valeurs organisationnelles et à votre régime d’assurance collective actuel; d’autre part, vous pouvez tenir compte du profil et des besoins des assurés du régime. Il est évidemment toujours de mise d’analyser les avantages et inconvénients de chacun des scénarios proposés avant de prendre une décision.

La réflexion entourant la couverture du cannabis à usage médical n’est pas nouvelle, mais elle se trouve ravivée par la récente légalisation du cannabis à usage récréatif. Et, justement, que doit-on penser de cet usage dans les environnements de travail?

Les employés « gelés » au travail?

Plusieurs organisations n’ont pas encore élaboré de politique spécifique concernant la consommation de substances intoxicantes en milieu de travail. Voici quelques idées et pistes d’action pour alimenter les réflexions.

Développer une politique claire. Quels comportements sont acceptables ou inacceptables en ce qui a trait à la consommation de substances intoxicantes au travail? Ainsi que le font les organisations dans leur code d’éthique ou code de conduite, il faut définir des balises et préciser les responsabilités respectives de l’organisation et de l’employé, ainsi que les conséquences possibles en cas de non-respect de la politique. Des mesures correctives progressives pourraient être envisagées afin de permettre à l’employé de remédier à son problème. Il pourrait être fort judicieux de chercher conseil auprès de juristes spécialisés en la matière.

Préciser les mesures à prendre en cas de comportement inadéquat. Si un employé a les facultés affaiblies par la consommation de cannabis au travail, votre réaction et vos interventions devraient être similaires à celles que vous auriez en cas de consommation d’alcool. Si vous avez des doutes sur les facultés d’un employé, demandez à un collègue de confiance de corroborer vos observations. Si l’employé semble effectivement intoxiqué, renvoyez-le chez lui immédiatement, puis appliquez les mesures correctives décrites dans votre politique.

Se doter de ressources et d’outils pour soutenir les employés et les gestionnaires. Il serait utile de prévoir une formation pour aider les employés et gestionnaires à reconnaître les signes de consommation de drogues ou d’autres substances, ceci dans le but d’enrayer les situations qui risquent de dégénérer. Certains programmes d’aide aux employés offrent une telle formation. Un guide d’intervention peut aussi être développé. Il ne faut toutefois pas oublier que les personnes qui ont un problème de consommation peuvent avoir peur d’aller chercher de l’aide. Des ressources et des outils de soutien sont donc des aspects à considérer sérieusement.

Sensibiliser et communiquer. Que votre politique soit formelle ou que vous ayez opté pour une approche plus souple, la sensibilisation et la communication sont la base d’un plan gagnant qui soutient l’employé dans la préservation de son équilibre, et protège l’organisation en favorisant la santé et la performance des talents.

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie