Vous lisez : La retraite renouvelée et le bonheur
Après avoir consacré une bonne partie de leur vie à travailler, les baby-boomers anticipent une retraite heureuse. Simple, n’est-ce pas? Selon une expérience menée par les auteures de cet article auprès de 160 personnes, ce n’est pas toujours aussi simple que ça.

Créer le bonheur à la retraite exige beaucoup de réflexion pour se redécouvrir en tant que personne une fois que le travail n’est plus au centre de notre vie. Pour beaucoup de personnes, ce genre d’introspection ne vient pas facilement.

Et pour les entreprises, la recherche de nouvelles approches pour favoriser l’extension de la vie professionnelle des futurs retraités n’est pas simple non plus. Ceci exige plus d’ouverture, de flexibilité et d’écoute pour faciliter la transition et le transfert des connaissances de cette main-d’œuvre expérimentée.

Notre article publié en 2016 dans la revue RH (« La retraite renouvelée : tout le monde y gagne! », vol. 19, no 5) présentait les avantages de la planification à la retraite pour les organisations et les individus. Le présent article traite plutôt de l’expérience et du parcours de fin de carrière des individus et de comment ils vivent cette transition importante.

Compte tenu que la transformation du travail et des organisations commence par l’individu, le parcours des baby-boomers en fin de carrière vers la retraite nous semble très pertinent.

Voici les résultats obtenus auprès de 160 futurs retraités qui ont complété notre outil diagnostique, le Profil de Disposition à la Retraite (PDR), basé sur notre cadre de référence des 6 sphères de vie et des 15 facteurs de succès, eux-mêmes inspirés par la recherche de Richard P. Johnson, Ph. D., de Retirement Options :

  • 69 % reconnaissent qu’ils ne se sont pas encore distanciés sur le plan émotionnel de l’identité personnelle bâtie au travail.
  • 57 % se rendent compte qu’ils n’ont pas encore planifié comment ils combleront les fonctions inhérentes du travail lors de la retraite, surtout la gestion du temps, le sentiment d’être utile, la socialisation et le prestige.
  • 73 % cherchent à améliorer la compatibilité, la camaraderie, le soutien et la satisfaction que procurent les relations intimes et familiales.
  • 75 % confirment que l’épanouissement personnel est la sphère de vie qui exigera le plus de travail pour créer le bonheur dans leur vie actuelle et à la retraite, pour apprendre à vivre et à savourer le moment présent, et pour définir un sens à leur vie.
  • 66 % ressentent le besoin de diversifier leurs loisirs ou d’en développer de nouveaux.

Outils inspirés de la recherche de Richard P. Johnson, Ph. D. Retirement Options

Le Profil de Disposition à la Retraite (PDR)

Complété par 160 futurs retraités :

  • 68 % de femmes et 32 % d’hommes
  • 64 % de gens mariés et 36 % de célibataires/divorcés/veufs
  • Âge moyen de 59,4 ans (de 44 à 70 ans)
  • 49 % de francophones et 51 % d’anglophones
  • Principalement des professionnels

Les 15 facteurs de succès

  1. Réorientation professionnelle
  2. Attitude face à la retraite
  3. Sens de la direction
  4. Perception de la santé
  5. Sécurité financière
  6. Satisfaction dans la vie actuelle
  7. Satisfaction projetée à la retraite
  8. Sens de la vie
  9. Intérêt pour les loisirs
  10. Adaptabilité
  11. Satisfaction face à l'étape de vie actuelle
  12. Personnes à charge
  13. Famille et enjeux relationnels
  14. Perception de l’âge
  15. Remplacement des fonctions du travail

La plupart des futurs retraités démarrent le processus de transition vers la retraite avec un optimisme où se mêlent certaines peurs face à l’incertitude. Ces sentiments de peur sont normaux, pourvu qu’ils nous poussent à grandir au lieu de nous paralyser et de nous figer dans l’inaction.

Les résultats de notre diagnostic confirment l’optimisme des futurs retraités tout en soulignant leur quête du bonheur :

  • 47 % ont une attitude positive, mais 53 % reconnaissent la nécessité d’avoir un état d’esprit plus axé sur le développement.
  • 54 % ont une perception positive par rapport à leur âge et à leur capacité à réaliser leurs rêves, mais 46 % s’interrogent sur leur niveau de vitalité.
  • 48 % considèrent pouvoir diriger, influencer et contrôler leurs décisions de façon autonome, mais 52 % se fient plutôt aux autres.
  • 43 % considèrent avoir le niveau d’adaptabilité nécessaire face au changement, mais 57 % reconnaissent la nécessité d’être plus flexibles.
  • 43 % considèrent avoir atteint la sécurité financière nécessaire pour maintenir le style de vie souhaité à la retraite, mais 57 % sont inquiets.
  • 62 % n’ont pas de personnes à charge, mais 38 % vivent ou prévoient vivre des difficultés dans leur rôle d’aidant naturel.

Les baby-boomers sont typiquement habitués aux changements organisationnels. À la retraite, ils vivront beaucoup de changements personnels : les décisions concernant le lieu de résidence, la perte des personnes importantes, la recherche de nouvelles relations et de nouveaux réseaux sociaux, les changements touchant à la santé et au bien-être, et l’adaptation à une nouvelle réalité financière.

Chaque personne vit son changement personnel différemment. Une fois que la période initiale de « lune de miel » (3 à 18 mois) est comblée par la relaxation, les voyages, les activités préférées, les loisirs, le temps privilégié avec la famille et les amis, il est normal de se retrouver dans une phase d’inconfort et de vivre une certaine crise d’identité. On se pose alors les questions suivantes : « Qui suis-je? Qu’est-ce qui donne un sens à la vie? »

Quelles sont les étapes qui peuvent faciliter cette transition vers une retraite d’épanouissement?

Étape 1 : Lâcher prise

Lâcher prise de notre identité définie par ce qu’on a fait et accompli dans le passé est la première étape. Le défi est de se définir en devenant authentique face à soi-même. Il s’agit de lâcher prise des activités, des choses et des réalisations qui ont été essentielles pour notre bonheur dans le passé et de définir de nouveaux centres d’intérêt.

L’étape de lâcher prise comprend :

  1. la redéfinition de ses besoins en les distinguant de ses désirs, en prenant les décisions en lien avec sa situation financière et son style de vie ;
  2. l’actualisation de ses besoins d’amour et d’appartenance en élargissant son réseau de relations positives ;
  3. l’actualisation de la retraite renouvelée par des actions concrètes en accord avec sa définition du bonheur.

Il est fascinant de découvrir l’énergie positive qui peut être générée en lâchant prise de son identité professionnelle et en travaillant les éléments relationnels et de contribution personnelle à sa famille, aux amis, à la communauté et à la société.

Étape 2 : Faire le point

Faire le point comprend : bien se connaître, clarifier ses valeurs, confirmer ses passions et ses rêves, reconnaître ses qualités et ses talents, définir ce qui est important à cette étape de vie. L’objectif est de trouver une orientation de vie qui apporte un sentiment profond de réalisation de soi et d’harmonie avec ses valeurs profondes. Voici quelques questions à vous poser :

  • Qu’est-ce qui vous a rendu heureux dans le passé? Pourquoi?
  • Dans quelles sphères de vie aimeriez-vous apporter des changements pour améliorer votre vie actuelle et future?
  • De quelle manière pourriez-vous intégrer de nouvelles activités à la retraite?
  • Comment pourriez-vous mieux profiter du moment présent?
  • Comment arriverez-vous à donner un sens à votre vie lors de la retraite?

Étape 3 : Se réinventer

L’épanouissement personnel commence par une attitude positive, un état d’esprit axé sur la croissance et le développement, et la curiosité d’adopter de nouvelles façons d’être et de faire.

En se prenant en charge pour se mobiliser par des petits gestes, on avance vers le renouveau et on minimise les risques de dépression. Avoir la capacité de rebondir face aux adversités inhérentes à la retraite saura faciliter les transitions.

Il y a des gens pour qui le bonheur à la retraite est plus facile et d’autres qui doivent travailler plus fort pour y goûter. Avons-nous tous la capacité d’être heureux?

La recherche de Sonja Lyubomirsky (The How of Happiness, 2007) démontre que 40 % de la variation de bonheur dans la population s’explique par ce qui est sous notre contrôle : nos pensées, nos sentiments et nos actions. Les facteurs génétiques comptent pour 50 % et les conditions de vie pour 10 %.

Augmenter son bonheur à la retraite de 40 %, c'est possible!

La retraite renouvelée peut être une période de vie privilégiée pour provoquer des changements qui bonifieront le bonheur en passant par l’action. Avancer positivement en âge permet une évolution dans la direction souhaitée. Se réinventer est le nouveau projet d’actualisation des baby-boomers.

Et quelle belle aventure, même si elle n’est pas toujours simple comme bonjour!


Références bibliographiques

Pour en savoir plus

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie