Vous lisez : Budget provincial 2021-2022 – Tour d’horizon concernant le travail et l’emploi

Le 25 mars 2021, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2021-2022 intitulé « Un Québec résilient et confiant ». Ce dernier met l’accent sur les trois priorités que sont la santé, l’éducation et la reprise économique. Pour y arriver, le gouvernement reporte l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2027-2028.

Perspective économique générale

Le budget présente des dépenses de 133 G$, dont 5,2 G$ de nouvelles dépenses, et des revenus de 122 G$. Le budget 2021-2022 présente des dépenses de 133 G$, dont 5,2 G$ de nouvelles dépenses, et des revenus de 122 G$. Le déficit atteindra 15 G$ pour l’année 2020-2021. Il diminuera progressivement à 12,3 G$ cette année et à 8,5 G$ en 2022-2023. Il est estimé que la pandémie de la COVID-19 aura coûté plus de 30 G$ à l’État québécois d’ici 2025-2026.

L’économie a été considérablement ralentie en 2020, mais les perspectives laissent entrevoir une progression du PIB réel de 4,2 % en 2021 et de 4,0 % en 2022. La reprise économique s’appuiera notamment sur la consommation des ménages et sur l’augmentation et l’accélération des investissements dans les infrastructures publiques. Notamment, 2,2 milliards de dollars sont prévus pour accroître la productivité et stimuler l’investissement des entreprises et 193 millions de dollars pour la poursuite du soutien offert aux entreprises touchées par la pandémie.

Intégration des personnes immigrantes au marché du travail

Le gouvernement indique qu’il souhaite réduire certaines barrières qui limitent l’intégration des immigrants, qu’il s’agisse par exemple de la reconnaissance de leurs compétences ou bien de leur connaissance du français. C’est ainsi qu’une une somme totalisant 246,1 millions de dollars est prévue pour : mieux reconnaître les compétences des personnes immigrantes, favoriser l’immigration en région et en fonction des besoins du marché du travail et poursuivre les efforts d’intégration, bonifier l’appui offert pour l’apprentissage du français et favoriser l’attraction et la rétention d’étudiants étrangers.

De ce montant, 130 millions de dollars sont prévus sur deux ans pour mettre en place plusieurs mesures qui favorisent la reconnaissance des compétences des personnes immigrantes, dont : l’identification des domaines d’emploi et des professions à prioriser au regard des besoins du marché du travail et des territoires de recrutement, l’augmentation de l’offre de formation d’appoint et de stages pour les travailleurs étrangers temporaires exerçant une profession réglementée, le soutien financier aux personnes immigrantes en démarche de reconnaissance des compétences, l’exemption des droits de scolarité pour les professionnels formés à l’étranger qui doivent suivre une formation d’appoint pour répondre aux exigences des ordres professionnels québécois et l’appui et l’accompagnement des ordres professionnels afin d’accélérer la reconnaissance des compétences.

Afin de favoriser l’immigration en région et en fonction des besoins du marché du travail ainsi que poursuivre les efforts d’intégration, 57 millions de dollars seront octroyés sur deux ans pour : mettre en œuvre des initiatives visant à augmenter la proportion de personnes immigrantes qui s’établissent dans certaines régions plus touchées par la rareté de main-d’œuvre et poursuivre les efforts d’intégration des personnes immigrantes.

Conciliation travail-famille

En plus de sommes allouées pour les services de garde en milieu scolaire et pour les services de garde éducatifs à l’enfance et à la lumière des enjeux vécus par les parents au courant de la dernière année, le gouvernement souhaite mettre en œuvre des mesures visant à favoriser la conciliation famille-travail.

À cet égard, il prévoit 5,5 millions de dollars pour la période de 2021-2022 à 2022-2023, soient : 3,1 millions de dollars pour le Programme de soutien financier en matière de conciliation famille-travail destiné aux milieux de travail, 1,2 million de dollars pour les organismes qui assurent, dans un cadre sécuritaire et adapté, des services de surveillance pour des élèves handicapés âgés de 12 à 21 ans qui ne peuvent demeurer seuls à la maison et 1,2 million de dollars pour le Programme de soutien financier aux activités favorisant l’exercice de la coparentalité.

Requalification et formation de la main-d’œuvre

En raison du présent contexte, certains secteurs de l’économie sont confrontés à des besoins de main-d’œuvre importants, tandis que d’autres se trouvent en situation de surplus de main-d’œuvre. Il prévoit ainsi 472,9 millions de dollars, dont 403,6 millions de dollars en crédits additionnels, pour : soutenir la formation et la requalification de la main-d’œuvre et favoriser l’intégration des personnes immigrantes au marché du travail.

Le gouvernement veut faire de la formation et de la requalification de la main-d’œuvre un vecteur important pour accélérer la croissance économique. Pour ce faire, il prévoit 226,8 millions de dollars, dont 157,5 millions de dollars en crédits additionnels, pour : répondre aux besoins de main-d’œuvre en technologie de l’information (TI), augmenter le nombre d’éducatrices qualifiées en services de garde, bonifier et promouvoir la mesure de formation de la main-d’œuvre pour les organismes communautaires, accroître la participation au marché du travail par la diplomation et faciliter l’accès à la formation continue. Le gouvernement prévoit des investissements de 45,8 millions de dollars afin de soutenir la réorientation de carrière.

Sources: Budget 2021-2022 du gouvernement du Québec et National

Ajouté à votre librairie Retiré de votre librairie